MAROC

Soutien à la coopérative féminine solidaire El Baraka, au Maroc


CONTEXTE

Depuis 2014, Maison de Sagesse a mis en place un partenariat avec El Baraka, dans la région d’ErRachidiaqui a pour objectif l’autonomie financière des femmes en grande fragilité et de leurs familles. Les femmes, peu scolarisées et mères au foyer, ont très peu d’opportunités professionnelles et sont particulièrement vulnérables aux difficultés sociales ou économiques (veuvage, pauvreté, maladies, violences physiques ou morales).

La coopérative el Baraka a été créée pour permettre à ces femmes de travailler et avoir un revenu pour subvenir aux besoins de leur famille à charge. Les femmes salariées produisent du pain, des viennoiseries et des spécialités culinaires locales.

Maison de Sagesse a notamment permis l’apport d’appuis financiers et partenariaux trouvés à travers le soutien de la région Ile de France.

PROJET

Le soutien apporté, grâce à nos partenariats et à notre présence sur place, est multiple et s’adapte aux besoins d’El Baraka. La mise à niveau de la coopérative est en effet multidimensionnelle : elle touche le local, comme lieu de production et de vente, mais aussi la formation des femmes (scolaire et professionnelle) et le renforcement des outils de gestion. Des actions non prévues ont pu être mises en place, comme une mission de courte durée d’une diététicienne, qui a formé les femmes à la nutrition et à la production de produits pour personnes diabétiques.

L’ONG Empow’her est présente sur le terrain pour assurer le volet formation (non inclus dans le calendrier de réalisation car non pris en charge financièrement par MdS): Deux personnes en service civique assurent les formations en français/informatique/anglais, une fois par semaine pour les femmes volontaires. Elles travaillent également pour l’amélioration des outils comptables de la coopérative. De même, la participation des femmes aux processus de concertation, formation ou de décisions est parfois difficile, du fait de conditions de travail pénibles (horaires nocturnes, pollution du local). Fatiguées, elles ne profitent pas pleinement de la présence des volontaires en service civique sur place. A ce sujet, la rénovation du local, avec un système d’aération et des fours neufs, devrait faciliter leur implication dans la gestion de la coopérative et aussi dans leur développement personnel.

L’une des caractéristiques de ce projet est la réactivité et l’adaptation rapide. Nous avons pu trouver des solutions pour avancer face à chaque obstacle qui s’est présenté. Par exemple, pour l’exportation des produits, nous avons démarré le travail sur la certification des produits de la coopérative, en cherchant l’information, les obligations, les organismes d’état responsables.

De la même manière, nous avons pu mobiliser un architecte pour finaliser le plan des travaux, plus complexe que prévu. La présence permanente des représentants de MdS et d’Empow’her auprès d’El Baraka permet de consolider le projet.

Les objectifs spécifiques :
– L’amélioration des capacités commerciales de la coopérative solidaire par l’aménagement d’un lieu de vente adapté,
– La création d’une véritable démarche de marketing mettant en valeur les produits fabriqués, grâce à un travail de réflexion interne et la mise en œuvre des décisions prises par les membres de la coopérative.
– La réalisation d’actions de sensibilisation et d’éducation à la solidarité internationale pour le public en France (essentiellement les collégiens/lycéens).

Les principales réorientations
Le projet prévoyait le déménagement de la production du pain dans un autre local de la périphérie d’Er-Rachidia. Aujourd’hui, la coopérative a souhaité changer de perspective et trouver un équilibre d’aménagement entre local de vente et local de production de la boulangerie. En effet, l’achat de nouveaux fours beaucoup moins polluants et l’installation d’un système de ventilation performant dans le local actuel permettra de résoudre les problèmes lié à la production du pain.

Cette réorientation a été prise suite à plusieurs facteurs :

– Le dysfonctionnement d’un four à pain et l’obligation d’en acheter un nouveau pour le remplacer. Cet investissement non prévu mais ayant un impact pour la santé des femmes sera inclus dans la ligne investissement mobilier.

– L’augmentation conséquente des loyers à Er-Rachida, devenu capitale de la Région Drâa Tafilalet depuis 2015 ; la prospection de lieu adéquat pour le déplacement de la production de la boulangerie n’a pas donné de résultats: les locaux à prix abordables étaient éloignés du centre ville et des lieux de résidences des femmes. Cela aurait eu un impact conséquent sur le budget nécessaire à leur déplacement «domicile/travail». De plus, ces locaux nécessitaient des aménagements pour une production répondant aux normes sanitaires et électriques (branchements 4 fils).

C’est pourquoi El Baraka et MdS ont préféré concentrer tous les efforts financiers pour réaménager le local existant autour de la vente et de la production. Il est à noter que le plan prévisionnel des travaux du local a été réalisé par un architecte, Monsieur Idriss SAIDI, architecte urbaniste, pour que les contraintes légales liées à la production soient prises en compte de manière professionnelle. Du fait de cette réorientation, le local n’intégrera pas d’espace de séchage et de distillation des plantes médicinales et endogènes car la place nécessaire n’est plus disponible.

RÉALISATIONS

Le volet « aménagement du lieu de vente » a nécessité plus de temps de préparation que prévu. Ce retard a deux raisons :
– L’incertitude concernant la disponibilité d’un local de production adéquat,
– Le chiffrage des travaux nécessaires à sa mise à niveau a pris du temps.

Une fois la décision prise, en mai 2016, de garder toute la production dans le local initial, l’architecte a démarré le travail sur le plan final. Ce plan a fait l’objet de plusieurs relectures de la part d’el Baraka, de MdS et d’Empow’her. Il a été finalisé en juillet.

Le volet « recherche de points de vente » est plus complexe que prévu et le travail continue.

En cours : La loi marocaine exige un agrément pour l’exportation. Cette démarche se fait auprès d’un organisme public, l’ONSSA (Office National de Sécurité Sanitaires des produits Alimentaires). Les conditions requises sont strictes du point de vue sanitaire. El Baraka doit d’abord terminer la phase de réhabilitation de ses locaux avant de démarrer la démarche de demande d’agrément.

D’ores et déjà, nous travaillons sur les processus d’autocontrôle et de bonne marche de la production depuis juin 2016 pour familiariser les femmes aux normes de l’ONSSA et prévoir les plans du local en conséquence. Ceci passe par la formation des femmes qui travaillent à El Baraka sur les notions d’hygiène, de respect de la chaine du froid…, en partenariat avec Empow’her.

L’obtention de l’agrément est en cours et, de ce fait, l’objectif de trouver de points de vente en France n’est pas atteint à cette date.

Ce projet, initié en 2013, a abouti à des résultats concrets pour la vie quotidienne des femmes de la coopérative. Mobilisant plusieurs partenaires, il a fait l’objet de réaménagements ponctuels, au fil des avancements et des réunions, de réflexions communes. Les réorientations mineures ou majeures sont faites en coordination entre les différents intervenants et correspondent à l’intégration des contraintes du moment.


Responsable de mission : Malak Mouline
Administrateurs référents : Mohamed Amraoui, François Juhel

Retour J'agis