MADAGASCAR

Nos missions à Madagascar

Projets pour l'accès à l'éducation des enfants handicapés, l'insertion professionnelle des jeunes et l'accès à la citoyenneté des enfants


Classes intégrées pour les enfants en situation de handicaps (EPP)

Le programme des « Classes intégrées » de Maison de Sagesse à Antsirananaa continué à se développer en 2016. Ce programme, qui vise à réduire progressivement l’exclusion sociale dont les enfants handicapés de Diego Suarez sont victimes, répond au constat de la marginalisation, par la population malgache,des enfants et adultes souffrant d’un handicap.

Depuis 2010, Maison de Sagesse avait déjà ouvert et géré deux classes intégrées qui répondaient à un véritable besoin. L’insertion de ces classes au sein d’écoles publiques a permis la mise en place d’activités d’éveil et de stimulations motrices et intellectuelles, un suivi médical et social des enfants au CHR de la ville de Diego Suarez et l’accompagnement des familles en difficulté.

La classe intégrée de l’Ecole Primaire Publique (EPP) Scama a pris en charge 25 enfants souffrant d’un handicap mental âgés de 4 à 14 ans, pour l’année scolaire 2015-2016. La classe adaptée de l’EPP Pasteur a pris en charge divers handicaps tels que les malvoyants et souffrant de cécité, certains avec des handicaps mentaux et d’autres physiques.Maison de Sagesse s’est également attachée à privilégier des activités ludiques inclusives avec les enfants des autres écoles primaires publiques dans le but de renforcer la sociabilité et l’intégration des enfants en situation de handicap.

Des actions de sensibilisation des parents et plus largement de la population locale sont toujours mises en place sous différentes formes : messages liés au handicap passés par l’intermédiaire des différents medias disponibles à Antsiranana (TV, Radio, Journaux) et lancement de campagnes d’inscriptions des enfants à l’école.

La formation des enseignants spécialisés est également particulièrement suivie et, dans le cadre d’une convention de partenariat signée avec l’association « Handicap International », les deux enseignantes des EPP Scama et Pasteur, ainsi que deux assistantes, ont pu suivre des formations centrées sur l’accompagnement des personnes en situation de handicap et notamment dans le domaine de l’animation d’ateliers pour enfants et le développement d’outils pédagogiques pour diversifier les activités des enfants.

Cette année, une troisième classe a été ouverte dans l’école primaire de Lazaret.

Après des travaux de réhabilitation (électrification, insonorisation, peintures) et d’aménagement (mobilier, chaises et tables, matériel éducatif et pédagogique), pendant tout l’été et l’automne 2016, la classe « Denise » a pu être inaugurée pour la rentrée de Janvier 2017.

Responsable de mission : Monique Fresquet
Coordinatrice de la mission : Claire Pelloie


Mission Pour l’Emploi et l’insertion professionnelle des jeunes

La Commune Urbaine de Diego Suarez et Maison de Sagesse poursuivent leur partenariat autour du programme Mission Pour l’Emploi. Il vise à favoriser l’insertion économique et sociale des jeunes sans qualification des quartiers de Diego, dans le but de leur donner les moyens d’améliorer leurs conditions de vie par l’exercice d’un emploi. Les jeunes qui s’inscrivent à la MPE s’engagent, par un contrat individualisé, à suivre un parcours vers l’emploi.

Deux conseillères d’insertion professionnelle, Ernestine et Joséa, accueillent les jeunes au bureau de la MPE et leur proposent un service d’information et d’orientation, des activités mensuelles en lien avec la recherche d’emploi, ainsi que des formations professionnelles qualifiantes agréées et reconnues par l’Etat.

Stevens gère la communication afin d’assurer à la MPE de toucher un public de plus en plus large, aussi bien au niveau des demandeurs d’emploi que des entreprises.

Initialement, la Mission Pour l’Emploi ciblait les jeunes ayant un niveau d’étudefaible et sans les qualifications nécessaires pour trouver un emploi. Cependant, au fil des années, cette cible a été élargie à un plus large public et la recherche d’emploi en général est la raison principale qui pousse les jeunes à venir à la MPE. Le système du tableau d’affichage qui centralise toutes les offres d’emploi de la ville est un facteur attrayant pour les jeunes.

La MPE propose des ateliers mensuels pour la rédaction d’un CV et d’une lettre de motivation, avec simulation d’entretiens d’embauche.

Des visites d’entreprises et des interventions extérieures ont également été mises en place pour faire découvrir aux jeunes les secteurs économiques de la ville et faciliter les rencontres responsables directes entre les responsables d’entreprises et les jeunes.

C’est ainsi que Le « Markethon » une journée de rencontres entre les jeunes et les entreprises d’Antsiranana, devient une institution annuelle organisée par la MPE et attendue de tous.

En plus de l’aide à la recherche d’emploi, la MPE met en place des formations professionnelles qualifiantes en partenariat avec la Chambre de Commerce et de l’Industrie (CCI), principalement des formations en cuisine, en hôtellerie-restauration, des formations de femme de chambre, les plus demandées.

De nouveaux projets de formation sont envisagés afin de continuer à élargir les offres aux jeunes d’Antsiranana.

Lien vers la page Facebook : Mission Pour l’Emploi – MdS

Responsable de mission : Monique Fresquet
Coordinatrice de la mission : Claire Pelloie


Programme EKA « Ezaka Kopia ho an’ny Ankizy »

On estime aujourd’hui que 20 % des enfants malgaches ne sont toujours pas enregistrés à la naissance ou n’ont pas d’acte de naissance. Actuellement, aucune institution publique ne peut établir avec précision le nombre d’enfants qui vivent sans reconnaissance légale à Antsiranana.

La légalisation des enfants consiste à faire enregistrer par les autorités administratives malgaches la naissance des enfants à l’état civil. En 2003, lorsque les instances de la région Diana demandèrent l’intervention de Maison de Sagesse dans le programme EKA, la légalisation des enfants a été mis en place dans les quartiers d’Antsiranana. Depuis, chaque année, un nouveau programme est lancé avec recensement des enfants jusqu’à leur légalisation. 18 000 enfants ont déjà été légalisés, beaucoup d’autres enfants attendent…

2016 a permis de recenser 576 enfants qui n’avaient pas été déclarés à l’état civil à leur naissance.

Donner une nationalité à un enfant, c’est lui permettre d’avoir non seulement une carte d’identité mais également un accès aux études au-delà de l’école primaire, d’avoir une existence juridique, la possibilité d’un compte bancaire, le droit de vote, d’avoir un passeport et de voyager, d’avoir accès à l’héritage… d’accéder à ses droits de citoyen .

Le recensement à proprement parler a lieu durant les mois d’octobre et novembre dans les 25 fokontany de Diego. Pour compléter les dossiers, les enfants doivent rencontrer un médecin qui effectue des examens somatiques permettant de déterminer l’âge des enfants. L’enfant peut ensuite rencontrer le président du tribunal qui organise des audiences au cours desquelles les jugements rendus permettent théoriquement l’établissement d’actes de naissance par le service d’état-civil.

La procédure est clairement définie. Son application est cependant très lente et l’obtention des documents d’état civil, difficile et très longue, peut durer plus d’un an. Le programme reste à améliorer et il est important de continuer à travailler à l’information des parents, et notamment les femmes enceintes, qui est primordiale.

Responsable de mission : Monique Fresquet
Coordinatrice de la mission : Louise Degryse


Retour J'agis